revient bientôt !

Le Barbier de Séville de Gioachino Rossini

Jubilatoire, drôle et attachant, Le Barbier de Séville s’adresse aux spectateurs de tous âges, grâce à sa musique fine et énergique, l’une des plus contrastées et lumineuses jamais écrite par Rossini.

Pour la première édition du Labopéra Seine-et-Marne, il nous a semblé essentiel de choisir une œuvre connue et populaire comme « Le Barbier de Séville ». En effet, qui n’a jamais entendu l’air virtuose du barbier Figaro, le célèbre personnage de cet opéra léger et comique de Rossini ?
Nous envisageons de présenter une version réduite de l’œuvre, ce qui permettra de gagner un public plus large, souvent découragé par les longues productions, et qui sera adaptée afin d’enchanter tout aussi bien le fidèle mélomane que le nouvel adepte.
La durée originale de 3 heures sera portée à 1h30 de spectacle. Six chanteurs solistes, accompagnés de choristes amateurs issus de la région et de 17 musiciens professionnels passionnés, nous emmèneront dans l’univers ludique et joyeux du « Barbier de Séville ».
L’opéra sera entièrement chanté dans sa langue originale pour permettre au public de profiter de la beauté de la langue italienne du livret. Néanmoins, pour contourner la nécessité d’un surtitrage et permettre au public de profiter pleinement du spectacle, des dialogues en français remplaceront les récitatifs en italien, dont la transposition sera confiée au talent et à l’expertise du metteur en scène, Pascal Neyron.

Acte I

Nous sommes à Séville, où la nuit est déjà noire. Le comte Almaviva vient chanter une sérénade devant la maison du vieux docteur Bartolo. Sa chanson s’adresse à Rosina, la jeune et belle pupille du docteur. Figaro, un ancien domestique du comte, barbier-chirurgien de Bartolo, fait une joyeuse entrée.

Le comte Almaviva lui demande son aide. Mais voilà que Rosina paraît au balcon et laisse tomber un billet dans lequel elle invite le comte à se présenter. Ce qu’il fait dans une nouvelle sérénade où il dit s’appeler Lindor, être pauvre, et très amoureux. Figaro lui conseille ensuite de se présenter chez Bartolo avec un billet de logement. Pour mieux égarer les soupçons, il aura l’air à moitié ivre.

Rosina, seule, chante son amour pour Lindor et sa détermination d’échapper à son tuteur. Ce dernier paraît, fulminant contre Figaro qui vient de donner médecine à toute la maison. Mais voici qu’entre Basilio, le maître de musique de Rosina, qui vient prévenir Bartolo de la présence à Séville d’Almaviva. Comment lutter contre lui ? Par une arme terrible, la calomnie, répond Basilio.

Puis, pendant que tous deux vont préparer le contrat de mariage qui doit unir Bartolo à Rosina, Figaro prévient cette dernière, d’une part que son tuteur veut l’épouser dès le lendemain, d’autre part que Lindor l’adore. Rosine ravie remet à Figaro un billet doux déjà préparé pour Lindor. À peine Figaro est-il sorti que Bartolo fait irruption, plus soupçonneux et inquisiteur que jamais. Il n’est pas, proclame-t-il, un homme qu’on berne facilement.

Mais voici qu’Almaviva déguisé en soldat se présente. Bartolo lui réplique en brandissant un certificat l’exemptant de toute réquisition. Du coup le dialogue s’échauffe, et le comte en profite pour glisser un billet à Rosina. Figaro accourt, puis c’est la garde qui vient arrêter le fauteur de désordre. Mais le comte fait discrètement savoir qui il est, et la garde se retire, laissant tout le monde dans l’ébahissement.

Acte II

Bartolo s’interroge sur l’identité du soldat qui s’est introduit chez lui, quand un nouveau venu se présente. C’est Alonso, un élève de Basilio remplaçant son maître pour la leçon de Rosina. Basilio, dit-il, est souffrant. Alonso, bien sûr, n’est autre qu’Almaviva déguisé. Bartolo restant méfiant, le comte utilise pour lever ses soupçons le billet doux que lui a fait parvenir Rosina. Il prétend l’avoir reçu par hasard à la place d’Almaviva, et suggère de l’utiliser pour calomnier ce dernier. Bartolo reconnaît là les procédés chéris de Basilio et fait bon accueil à Alonso. La leçon commence. Mais la musique endort Bartolo, et les amoureux en profitent pour se livrer à des apartés passionnés.

Là-dessus entre Figaro, venu pour raser le docteur. Il parvient à lui subtiliser la clé de la porte du balcon. Mais c’est alors que surgit Basilio, à la grande surprise de Bartolo. Il faut trouver d’urgence une solution. Une bourse bien garnie convainc Basilio qu’il est très malade et qu’il doit retourner au lit au plus tôt. Figaro rase donc Bartolo, mais ce dernier surprend des propos non équivoques des amoureux. Il entre dans une rage folle, chasse tout le monde, et envoie chercher le notaire pour précipiter son mariage. Puis il montre à Rosina le billet qu’elle avait écrit comme preuve de la légèreté d’Almaviva. Rosina, effondrée répond à Bartolo qu’elle consent à l’épouser sur-le-champ. Mais Figaro et le comte se sont introduits dans la maison grâce à la clé dérobée. Rosina repousse le comte, mais celui-ci n’a pas de mal, en dévoilant son identité, à se justifier. Ils se préparent à s’enfuir discrètement.

Requis pour le contrat de mariage, Basilio et le notaire arrivent et produisent le document que signent Rosina… et Almaviva bien sûr ! Un pistolet et un bijou de prix convainquent Basilio d’accepter d’être témoin. Et Bartolo ne peut que s’incliner, et constater l’inutilité de ses précautions.

Nous contacter

  • Vous voulez participer au projet, en tant que bénévole, chanteur, pour faire partie de la production ?
  • Vous croyez en nos valeurs et souhaitez nous soutenir ?
  • Vous faites partie d’un CE et voulez avoir quelques renseignements pour prendre des places par son biais ?
  • Vous avez des idées pour faire connaître et soutenir notre projet ?

Prenez contact avec notre équipe !

La Fabrique Seine-et-Marne
association régie par la loi du 1er juillet 1901
n° de SIRET 801 697 764 00034